© 2009-2018, Association anima

La psychomotricité

« Dès que l’Homme naît, il est mouvement ; 

Dès que l’Homme naît, par son mouvement, il agit sur son entourage ; 

Dès que l’Homme naît, par son activité, il agit avec son corps soit comme appel, soit comme refus. 

Et progressivement (…) le corps et la motricité ne seront pas seulement des déplacements, mais déjà des conquêtes du monde. »

Dr. J. de Ajuriaguerra, neuropsychiatre, Fondateur de la formation en psychomotricité de Genève.

Le Docteur Julian Ajuriaguerra a introduit le concept de psychomotricité à Genève au début des années 1960. De ce concept est née une approche thérapeutique, partant du principe que, les expériences corporelles sont en étroite relation avec la vie émotionnelle et sensorielle de l’être humain.

L’équipement biologique de l’enfant, l’environnement dans lequel il grandit, ainsi que les expériences corporelles et relationnelles qu’il a l’occasion de vivre, constituent le socle sur lequel va se développer son identité et ses compétences futures. 

La psychomotricité s’ajuste au profil unique du patient tout en cherchant l’émergence de nouvelles aptitudes motrices, psychiques, cognitives et relationnelles permettant à la personne, une plus grande autonomie, de plus amples capacités d’ajustement dans la relation aux autres et à l’environnement.

La thérapie psychomotrice est particulièrement indiquée pour les troubles qui touchent, notamment, les domaines suivants :

  • La motricité globale et fine (équilibre, coordinations, graphomotricité, etc.)

  • La planification et la réalisation du geste (praxies)

  • La perception (déficits sensoriels, proprioception)

  • Le tonus (régulation du tonus, crispations, hypotonie, tics et bégaiement)

  • L’orientation spatiale et temporelle

  • La latéralisation

  • La communication (verbale, non verbale)

  • Le comportement (agitation, agressivité, impulsivité, inhibitions, anxiété, troubles de l’attachement)

  • Les capacités de concentration et d’attention avec ou sans hyperactivité

  • Les apprentissages 

  • L’acquisition de l’écriture

  • La gestion et la régulation des émotions

  • Les capacités de représentation et d’évocation